Mot-clé : cinéma français

Il me semblait bien que le nom de Cuarón résonnait comme celui d'une réalisation pertinente quand je prenais le DVD. Alors évidemment, l'énorme "Par les créateurs de Gravity" sur la pochette y est aussi certainement pour quelque chose. C'est parti pour une chasse à l'homme au milieu du désert.

Lire la suite de Desierto, dans le désert, personne ne vous entendra crier...

Je me souviens de la première fois que j'ai vu le Dune de David Lynch. Je devais avoir dans les 10 ou 12 et j'étais fasciné par certains éléments comme le bouclier, les Arkonen ou les vers géants. Mais alors il a fallu que je m'y prenne à plusieurs reprises pour tenter de comprendre le film et pour au final considérer l'échec qu'il était. Ce n'est que récemment que j'ai appris que Jodorowsky avait travaillé bien en amont à une adaptation du célèbre livr de Frank Herbert sans jamais parvenir à le produire. Il semblerait que nous soyons véritablement passés à côté d'une des plus grandes oeuvres du cinéma...

Lire la suite de Jodorowsky's Dune, récit d'un échec de production

Voici une série à côté de la laquelle je serais sûrement passé si la bande-annonce n'avait pas été insérée dans les DVD de la série Occupied. Je l'avais pourtant vu dans les rayons de la médiathèque mais rien ne m'avait interpelé et c'est donc en voyant par hasard quelques extraits que je me suis laissé tenté avec grande joie je dois l'avouer !

Lire la suite de Au Service de la France, secret défense et formulaires tamponnés

Je viens de retrouver cette critique postée à chaud sur mon compte Facebook il y a 4 ans, alors que je venais tout juste de sortir de la séance de 3h. Aussi sans avoir revu le film depuis (et je ne compte pas m'y replonger de sitôt je pense) je la partage ici.

Lire la suite de La Vie d'Adèle, le chaud est une couleur bleu...

Grand fan des sketchs du Palmashow, je me suis jeté sur le DVD dès que je l'ai eu dans les mains. Pourtant, les critiques que j'avais pu en entendre n'étaient pas bonne. Malgré tout, je voulais voir ce qu'il en était.

Lire la suite de La Folle Histoire de Max et Léon

Ronin

-

De mémoire, j'avais pris le film en cours à la télé un soir de sa diffusion. Et le peu que j'en avais vu m'avait laissé un très bon souvenir. Depuis, j'avais toujours eu envie de le revoir mais sans jamais vraiment me forcer. Et puis maintenant c'est chose faite. Tranquillement et sûrement. Presque 20 ans après, il reste toujours aussi fascinant.

Lire la suite de Ronin

L'Aile ou la Cuisse

-

Vu, vu, vu et re-revu, ce film est un de mes fétiches d'enfance (avec La Soupe aux Choux) et aujourd'hui encore, je ne me lasse pas de le regarder.

Lire la suite de L'Aile ou la Cuisse

La Grande Illusion

-

100 Classiques Taschen : 014/100

Durant la Première Guerre Mondiale, le capitaine Boeldieu et le lieutenant Maréchal sont faits prisonniers par l'armée allemande. Tout deux issus de castes différentes, l'un aristocrate, l'autre ouvrier, ils se réunis à un autre groupe de prisonniers tout aussi variés (comédien, banquier, etc.) Pourtant, tous ont un même objectif : s'enfuir de la prison où ils sont enfermés. Mais les allemands les transfèreront dans une forteresse d'où nul ne peut s'enfuir...

Lire la suite de La Grande Illusion

Goal of the Dead

-

Je ne suis pas fan de ce genre de film, encore moins si c'est français, considérant souvent que les moyens mis en oeuvre ne sont pas toujours suffisant pour assurer la crédibilité des effets spéciaux quand le scénario ne tombe pas dans un mélo de téléfilm risible. Malgré tout, quand ce DVD est arrivé dans mes mains, j'ai eu envie de voir ce que ça donnait et je n'ai pas été déçu !

Lire la suite de Goal of the Dead

100 Classiques Taschen : 009/100

Sous les Toits de Paris est un film "parlant et chantant 100% français" réalisé par René Clair en 1930.

Albert chante des chansons dans la rue et s'éprend de Pola, une jeune roumaine. Après une partie de dés contre son ami Louis, il gagne le droit de la courtiser. Mais c'était sans compter Fred, un bourgeois malhonnête qui refuse de la laisser filer. Albert parvient à ramener Pola chez lui (après que Fred ait subtilisé la clé de l'appartement de cette dernière) et les 2 jeunes gens décident de se marier. Manque de pot, Albert est envoyé en prison après que la police ait découvert le butin laissé chez lui par Emile, un cambrioleur. Pola finit alors dans les bras de Louis mais Fred revient à la charge pour les séparer. Albert sorti de prison, Fred décide l'affronter. Finalement, Albert, découvrant l'amour de Louis pour Pola, décide de les laisser vivre leur relation.

Lire la suite de Sous les Toits de Paris, petites histoires des rues