Rogue One : A Star Wars Story sans intérêt...

-

N'étant pas allé le voir au cinéma, j'ai patiemment attendu de le voir arriver dans ma médiathèque pour me le procurer. Il me semble avoir eu comme des doutes pour ne pas me précipiter pour le voir sur grand écran et je comprends maintenant pourquoi. Malgré tout le bien que l'on m'en a dit, je m'attendais à un film grandiose, mais ce fut grandiose de déception. Bon, je vous préviens, je spoile à volonté dans les lignes qui suivent.

Alors qu'elle voit sa mère tuée et son père repris par l'Empire pour construire ce qui deviendra l'Etoile de la Mort (et allez déjà un premier bug de traduction, si on enchaîne avec l'épisode 4, cette Etoile de la Mort est appelée l'Etoile Noire en VF, je vous rassure, je regarde les films en VO, et en VO on parle de Death Star pour les 2 structures, mais la traduction s'attache à faire du littéral tandis que les multiples éditions originales sont restées sur le terme d'Etoile Noire. Bref on s'en fout mais déjà, ça me fout le cafard). Donc après avoir vu sa famille massacrée et capturée par l'Empire, la petite Jyn passera une quinzaine d'années à se cacher (ce qui donnera dans 10 ans de nouveaux spin off à développer). Elle est toutefois retrouvée par l'Alliance Rebelle pour tenter de récupérer un message envoyé par son père auprès de Saw Gerrera, son "parrain" si l'on peut dire. Elle apprend alors que l'Etoile Noire de la Mort possède une faille qui permettra à l'Alliance de la détruire. Elle se rend alors sur Scarif pour tenter de récupérer les plans dans une mission suicide.

Ce Star Wars est un spin off de la saga originale, comprenez une histoire parallèle qui sert notamment à expliquer comment les rebelles ont réussi à capturer les plans de l'Etoile Noire de la Mort tel qu'expliqué dans le tout début de la Guerre des Etoiles : Un Nouvel Espoir. Si on devait le situer, ce serait donc le 3.5 de la saga. D'ailleurs à ce propos, si vous vous demandez désormais dans quel ordre regarder les Star Wars, je vous répondrais 4-5-6-démerdez-vous pour le reste. Avec ce nouvel opus, Disney vient de fusiller le concept même de la saga. Comprenez une chose : les épisodes 4-5-6 ont été conçu comme une trilogie indépendante. L'épisode 4 sorti en 77 fonctionne parfaitement comme point de départ en expliquant le background de l'univers et des personnages présentés. Il aurait presque pu se suffire à lui-même si le succès n'avait pas été au rendez-vous et que les suites eurent été possibles. Beaucoup insistent pour prendre l'ordre du récit : 1-2-3-4-5-6-7-8-9... mais ce faisant, on perd le moment de bravoure le plus sublime de cette grande saga : la révélation de Vador à Luke dans l'épisode 5. Comment voulez-vous que cette scène garde sa puissance et sa crédibilité quand vous savez déjà tout ? (Pensons à nos enfants qui ne méritent pas qu'on leur gâche ce moment de cinéma !) Et puis visuellement, à quel moment peut-on accepter de passer de personnages en CGI a des personnages de chair ? A quel moment peut-on passer de supers vaisseaux et combats spatiaux phénoménaux à des maquettes et des rochers en carton ? Mais bon, laissons de côté ce duel entre fans sacrés et poursuivons.

Je trouve le scénario mal rythmé. Les choses n'avancent pas, les personnages ne sont pas développés, tout manque de profondeur dans ce Rogue One. Le background de Jyn (je n'arrive vraiment pas à retenir son nom) n'apporte rien de pertinent sur elle. A un moment donné, on tente de nous donner un flashback et paf, tout disparaît et rien ne revient. Alors que l'info essentielle était sur le point d'apparaître : pourquoi son père travallait-il pour l'Empire ? Pourquoi a-t-il fui ? Pourquoi le fait qu'il l'est rejoint de nouveau est important ? Qui est-il d'ailleurs ce père ? Bon sang mais à quoi ça sert de recruter Mads Mikkelsen si c'est pour lui donner un rôle aussi inexistant ???? Ce mec a une gueule qui en dit long rien qu'à le regarder. Pourquoi ne pas explorer ça ? C'était pourtant évident ! Du coup, tout le reste tombe à l'eau. La jeune fille se retrouve prisonnière sans que l'on sache pourquoi, elle est libérée pour récupérer un message auprès d'un homme qu'elle connaît bien, combattant rebelle extrémiste qui se laisse fracasser au premier pétard de l'Etoile Noire de la Mort alors qu'il impose la crainte à tout ceux qui l'entourent... là aussi crédibilité zéro. Et son asthme ? Je vous parle de son asthme ? Ils ont préféré lui coller un appareil qu'il utilise quand il veut plutôt qu'un masque, ils ont sans doute eu peur qu'il ressemble trop à Vador.... par contre, ils n'ont pas fait d'effort pour sa tenue qui rappelle étrangement celle de Boba Fett.

Du coup, la demoiselle a l'info mais plutôt que d'aller directement sur place, ce qui aurait fait gagner de précieuses minutes à tout le monde (surtout au spectateur) et bien non, elle va retrouver son père qu'elle aura tout juste le temps de voir avant sa mort. J'aime pas cette tendance qu'on retrouve dans trop de films maintenant : le personnage central meurt quand le principal arrive à lui. Genre on ne veut pas qu'ils se retrouvent. Alors ok, c'est un moment scénaristique fort mais c'est devenu tellement téléphoné maintenant...

On termine par la scène aux Bahamas où tout le monde se retrouve pour une infiltration qui vire au combat final avec un duel final... heu non pardon, sans duel final qui aurait pu s'avérer riche en révélation. "Jyn, je suis ton frère !" Non ça se serait vu quand même. Et donc explosion-bisous-bisous-désintégration-fuite... Un nouvel espoir.

Alors dans les autres éléments qui m'ont agacé il y a le manque de profondeur sur tout. On peut dire ce qu'on veut, mais Georges Lucas avait au moins le mérite d'avoir développé son univers, mis en avant la faune et la flore. Il savait que les planètes visitées étaient des personnages en eux-même, des lieux vivants, des marais puants et suintants, des déserts chauds et glacés renfermant des créatures féroces, un bestiaire hors norme. Idem pour les vaisseaux mythiques : le X-Wing avec ses ailerons d'attaque et son unité R2 en soutien, lesquels apparaissent à peine et ne sont guère mis en valeur. Où sont les vues FPS à l'intérieur du cockpit bon sang ???!!! Le film est sorti en 3D, ça sert à quoi la 3D si on ne cherche pas à en mettre plein la vue ?! Bref, tout manque cruellement de pouvoir alors que le potentiel est là.

Et puis cet absence de fan service pour du geekfan service. Alors ok, on tente de nous combler avec des personnages bien connus : les 2 ivrognes de la Cantina (celui qui a une sale gueule de cochon et son copain qui a des testicules en guise de menton) ceux-là, je m'en serais bien passé. Et puis merde tiens : Jyn les croise dans Jehda City qui finit explosée par l'Etoile Noire de la Mort, vous croyez vraiment qu'ils se sont carapatés en 2-2 de la planète juste avant que les rebelles ne provoquent l'attentat ? Ils devraient être morts mais non, on les retrouvera directement dans l'épisode suivant. Le Grand Moff Tarkin, ils auraient au moins pu trouver un acteur mais non, un bon CGI fera l'affaire. Du coup, le monsieur semble flotter dans l'air avec quelques saccades dans ses mouvements. Dark Vador, n'en parlons pas, il est l'ombre de sa propre anecodte dans ce film. De sa première apparition, on dirait Végéta dans son caisson de survie (oui ok le caisson apparaît dans l'Empire Contre-Attaque en 1980 et DBZ ne vient que bien après). Les autres personnages, ceux que l'on retrouve dans l'Alliance rebelle, fonctionnent à merveille pourtant. Mais alors la pire reste Leia. Bon sang (quand je dis bon sang, c'est pour éviter de dire putain) quand elle se retourne avec son sourire, on dirait le Joker interprété par Tim Curry quoi ! Au secours ! Et la Force, parlons-en de la Force. Il ne reste plus de Jedi certes mais alors coller un samourai aveugle avec toutes ses capacités de vision et qui se rattache à la Force tout le long du film pour, lors de sa dernière action, lui faire traverser un champ de tir en évitant les balles, c'est totalement grotesque !!! Pourquoi, POURQUOI n'a-t-il pas utilisé la Force justement ? Pourquoi de sa cachette n'y est-il pas allé à fond dans la croyance au point de découvrir à la dernière minute qu'il est un chevalier Jedi qui s'ignore (parce que c'est ce qu'il est, ne me faite pas croire le contraire !) Bref...

En fait la plupart du temps j'ai surtout eu l'impression de repérer des références à d'autres univers quand il ne s'agit pas tout simplement de pompage. Entre les explosions de planètes et les aperçus de la vitesse lumière, j'ai même cru un instant que J.J. Abrams était encore aux manettes et qu'il avait confondu Star Wars avec Star Trek, mais non. La tour de Vador m'a également fait penser à la Tour de Saroumane ou de Sauron dans le Seigneur des Anneaux (ouais ça va loin), Jyn me faisais presque penser à Lara Croft tandis que le robot K2SO est l'exacte copie de Sheldon Cooper dans The Big Bang Theory. Bref, il ne manquait plus qu'un super-héros Marvel au milieu de tout ça et on avait la totale.

Bon et puis passons sur la musique de Michael Giacchino qui a eu la lourde tâche de remplacer John Williams. Le bougre a eu l'intelligence de ne pas reinterpréter les morceaux originaux mais bien de créer de nouveaux thèmes. Après tout cet épisode n'est pas un Star Wars à proprement parler mais un spin off, une histoire de Star Wars. Pas de générique défilant, pas de John Williams donc pas de thème enjoué dès le départ. Sauf que, malgré la bonne volonté et le talent de Giacchino (qui nous a sorti une superbe BO avec le premier Star Trek) et bien ici ça ne passe pas et je serais bien incapable de vous fredonner quelques notes de ce film. Mais le problème existait déjà avec Le Réveil de la Force et John Williams lui-même n'avait pas réussi à imposer son oeuvre en dehors du film (ce qui est assez drôle c'est qu'au moment où je rédige ces lignes, j'écoute une vidéo de 8h de musiques "épiques" et c'est la musique du trailer du Réveil de la Force qui se joue au même moment... Serait-ce ça le pouvoir de la Force ????)

Bien, je m'arrêterais là avant de continuer à descendre ce pauvre Rogue One. Comme il s'agit d'un premier visionnage, je vais mettre mes griefs sur une erreur de timing (sans doute serais-je plus ouvert une prochaine fois... ou pas!) et je reviendrais probablement un jour dessus à la suite d'un intégral de la saga. Ouais, car je ne l'ai encore jamais fait ça mais ce sera certainement il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine...

Classé dans : Cinéma Mots clés : SF, action, extraterrestre, saga Star Wars, George Lucas, Gareth Edwards, Felicity Jones, Diego Luna, Alan Tudyk, cinéma américain